51CE50AA-8D2E-4051-A371-698DD173F8E3_4_5005_c.jpeg

Comment devient-on modèle?

Vous me posez souvent la question: "comment devient-on modèle"?


Il n'y a pas de critères, juste l'envie et le sérieux, et beaucoup de patience. 

Dites vous bien une chose, tous les modèles ont commencé un jour, certains l'ont fait sur une courte durée, d'autres ont continué. Et ils venaient de tous les horizons. Beaucoup étaient étudiants, d'autres comédiens, danseurs, salariés du privé ou du public, profession libérale aussi... 


L'idéal est de commencer par des petits ateliers du soir pour découvrir. Beaucoup d'étudiants le font, certains le font très bien et continuent, pour d'autres c'est vraiment occasionnel.  En journée c'est un peu plus compliqué il faut trouver de la disponibilité. L'important c'est la persévérance et le sérieux. Et même si vous voulez poser pour arrondir vos fins de mois, faites-le avec sérieux. Il n'y a rien de plus désagréable qu'un modèle qui plante une séance (ou qui gesticule pendant sa pose), les étudiants en écoles d'art et les dessinateurs adultes le savent bien quand ils doivent attendre et se résoudre à dessiner autre chose parce que le modèle n'est pas venu.  


En conclusion, parlons-en ensemble!

 
C9EC6145-4F74-4E46-9640-D40F187A216A.png

On en parle!

De nombreuses personnes veulent poser et se heurtent parfois à des commentaires et idées reçues. Petite mise au point!

- 1- Modèle professionnel!  Cela ne veut pas dire grand chose, un numéro d'identification ne suffit pas, pas plus que poser quelques heures par mois pour arrondir sa fin de mois. Un bulletin de paie ou une facture ne fait pas de nous un modèle professionnel, et il n'y a surtout aucune gêne à dire que l'on est modèle amateur.  C'est sur la sellette qu'on reconnaît le modèle, pas sur une carte de visite.   Des modèles "professionnels" qui sont incapables de tenir une séance il y en a à foison dans tous les ateliers parisiens, des modèles "amateurs" qui sont sérieux il y en a beaucoup aussi. L'opposition 'professionnel contre amateur ' n'a vraiment aucun sens. Très rares sont les modèles travaillant à temps plein, car la plupart  ont un autre métier à côté et posent pour compléter leurs revenus. Pour les étudiants c'est un travail d'appoint intéressant pour peu d'avoir quelques disponibilités bien sûr! Ceux qui travaillent avec moi le savent bien.


- 2 - N'importe qui peut poser!  Oui et Non. Si les cours de dessin, de peinture et de modelage acceptent toutes les morphologies, tout le monde ne peut pas être modèle, et surtout pas n'importe qui. C'est un travail, avec ses exigences propres et certaines contraintes, comme dans tous les corps de métiers. 

Poser ce n'est pas se mettre nu devant une assistance de dessinateurs ou devant un artiste, c'est bien réducteur de penser cela, et en réalité cela n'a rien à voir avec l'activité de modèle. Poser cela s'apprend si on veut en faire un peu une activité régulière, et c'est  comme la musique, on ne joue pas du Mozart dès son premier cours de piano. Le modèle débutant fera lui aussi ses gammes, il fera des erreurs, mais il aura des vrais moments de plaisir et c'est ainsi qu'il progressera. Il faut d'abord adopter le bon comportement (voir ci-dessous). 


- 3 - C'est un métier fatiguant! Un peu de sérieux quand même!  La société moderne utilise le mot fatigue à toutes les sauces, c'est à se demander si l'évolution des niveaux de vie grâce à la technologie et la recherche médicale n'a pas généré en parallèle des individus devenus de véritables assistés toujours prompts à se plaindre de tout. Le modèle vivant aujourd'hui n'échappe pas à cette règle. Un peu de sérieux donc. Le modèle qui débute évidemment va découvrir son corps et se rendre compte que rester 10 minutes sans bouger c'est un effort à fournir.  Le corps humain n'est pas habitué et surtout n'est pas programmé pour cela. Le modèle qui débute et qui ne "sait pas" poser pourra se faire piéger sur une pose de 20 minutes qu'il trouvera contraignante.  Mais il y trouvera une source importante d'informations qui lui seront utiles pour après. Le modèle débutant devra se contenter de séances courtes (maximum 3 heures dans la journée).  Il faut être patient. 

Pour revenir à la fatigue je conclurai en disant qu'elle dépend d'abord de l'hygiène de vie, alimentation, hydratation, sommeil, elle dépend ensuite de la qualité des postures. Suivre des cours de Pilates est un excellent moyen de connaître son corps.

Suivre mes recommandations vous permettra aussi de rester en forme sans fatigue. (pour ceux qui travaillent à mes côtés).


- 4 - Le comportement!  La première qualité d'un modèle est son comportement. Dans tous les corps économiques il y a de bons éléments et des mauvais, c'est pareil chez les modèles, que ce soit pour la photo comme pour les arts plastiques.

Beaucoup revendiquent des droits en oubliant qu'ils ont de nombreux devoirs vis à vis de ceux qui les emploient, que ce soit la politesse, le respect des horaires, l'hygiène, le respect des autres. Pour ma part ce point précis n'est pas négociable. 


- 5 - La créativité!   C'est avant tout un travail personnel, et un apprentissage.


- 6 - L'immobilité! Elle est la caractéristique principale de la pose. Etre modèle c'est avoir la capacité à rester immobile sur un temps donné. 


- 7 - La nudité! Elle peut faire partie de la pose dont elle est une composante, mais elle est avant tout un accessoire du dessin. 

- 8 - La rémunération. Le terme "rémunération" est plus approprié que le terme "salaire" car elle peut prendre différentes formes et intégrer d'autres éléments que le seul salaire quand c'est le cas. 

Mais elle est fixée au cas par cas, selon le lieu et le statut de l'employeur, il n'y a donc pas de tarif figé. 

Et il convient de bien distinguer le secteur privé du secteur public, ce dernier étant plutôt défavorable.